Au coeur de la barbarie

Publié le par Christophe Pierre

ZSOLT - Neuf valisesBéla Zsolt est journaliste, romancier, essayiste et hongrois. Né en 1895 et mort en 1949, il participe à la guerre de 1914-1918 et subit la guerre de 1940-1945.

Journaliste d'opposition, l'agacement qu'il provoque dans les milieux autorisés le contraindra à changer d'identité et prendra le nom de Hirschler. La forte consonance juive de son nom l'entraînera dans les affres de l'antisémitisme ambiant de l'époque. La menace qui pèse sur ses épaules et celles de son épouse les contraindra à s'éloigner de la Hongrie.

C'est durant le voyage qu'apparaîtront ces fameuses valises. Son épouse refusera d'abandonner les affaires égarées lors de leur embarquement en Allemagne. Obligés d'attendre le rapatriement des bagages vers Paris, le voyage pour Madrid ou Lisbonne sera irrémédiablement retardé et finalement abandonné.

Les événements ensuite se précipitent. A l'approche de la guerre, son épouse exige de retourner vers Budapest afin de se rapprocher de sa fille qui est sous la garde de ses grands-parents. Sa belle-mère, au nom d'une morale compulsive, refusera de laisser partir sa petite-fille dans une famille chrétienne ; s'ensuivra l'arrestation de l'enfant.

Zsolt est entraîné dans le tourbillon de l'Occupation : travailleur forcé comme fossoyeur en Ukraine, prisonnier dans un ghetto hongrois,  enfermé dans un camp de concentration et finalement acheminé vers la Suisse à la fin de la guerre, il connaîtra les abominations les plus diverses.

Exploités, humiliés, torturés, assassinés, les êtres humains n'ont plus guère de valeur dans cette période de tourmente. Béla Zsolt nous raconte au-delà de son histoire la déchéance de l'humanité toute entière. Car son statut de juif n'est qu'un prétexte pour narrer ce qu'il a vu de la part de tous : chrétiens, civils, gendarmes, militaires, juifs, intellectuels...

Nul n'échappe à la critique, pas même lui.

« Mais je maintiens que ni l'enfer ni le diable ne ressemblent à la vision mythique et morale de Virgile ou de Dante, laquelle est un enfer supportable, réalisable, à la mesure humaine. Et même comparés à un feldgendarme ou au milicien d'Egreskata, apparemment revêtus d'une peau humaine normale et munis d'une cervelle et d'un coeur au bon endroit, les monstres du gothique ne sont que des animaux domestiques sous un déguisement effroyable [...] »

Ainsi Zsolt assiste-t-il impuissant à l'agonie de l'humanité, à l'exécution de sa morale, de son intelligence, de son libre arbitre ou de sa conscience. Plus rien n'a de sens. Combien de fois n'a-t-il pas vu des juifs s'évader d'un ghetto ou d'un camp pour faire demi-tour plus tard ne sachant où aller ? Combien de cadavres a-t-il enterré, hommes, femmes ou enfants, soldats ou civils, jeunes ou vieux ?

Ces histoires de race ou de religion ne sont pour lui que prétextes à l'assouvissement des plus viles bassesses de l'homme.

Lorsque les gendarmes hongrois amenaient les juifs à la brasserie qui était le lieu d'interrogatoire, ce n'était non pas pour ce qu'ils étaient mais pour ce qu'ils avaient.

Et lorsque les soldats de tout bord choisissaient des travailleurs destinés à des tâches humiliantes, ils prenaient d'abord les intellectuels, scientifiques, écrivains ou penseurs afin de venger cette insupportable supériorité qu'ils avaient sur la soldatesque.

Il raconte ses fuites, ses retours, son désarroi et sa lâcheté avec une âpreté, une sincérité et une honnêteté rare.

Même si par delà l'ignorance, le mépris, l'indifférence à la souffrance de l'homme quelques uns ont montré du courage, de la compassion et du dévouement  il s'agissait souvent des plus improbables héros : un jeune russe de douze ans, une prostituée ayant pignon sur rue auprès des tortionnaires, des officiers allemands amoureux de littérature et de musique, de vieux paysans enrôlés de force et ne comprenant plus rien à ce qui arrivait...

Béla Zsolt dresse un portrait sans concession sur cette face cachée de l'humanité. Il ne s'agit pas d'un livre touchant, émouvant, poignant comme nous nous imaginons les récits de guerre. C'est un ouvrage cynique, dur, pénible qui nous fait honte en nous soufflant dans le creux de l'oreille : regarde, ces gens qui crèvent de faim ou meurent de maladie, qui sont battus, mutilés, volés et stockés mais aussi ceux qui frappent, torturent, humilient et spolient de même que tous ceux là qui détournent chastement le regard devant les cortèges de zombies, regarde ces gens : nous pourrions être chacun de ceux-là.

Neuf valises représente à mes yeux ce que devrait être un véritable travail de mémoire. Autre chose que ces interminables cérémonies où la foule fardée de breloques clinquantes écrase une larme oubliée le lendemain mais une prise de conscience absolue, totale et véritable de la bête immonde et affreusement ignoble qui se dissimule derrière nos airs empreints de civilités et de courtoisie mal préparée.

C'est à ce prix que nous serons conscients de la nécessaire vigilance, de l'indispensable patience et de l'infinie sagesse qu'il nous faudra pour aimer sans conditions les hommes.

Béla ZSOLT, Neuf valises, 2010.


Ce livre a été lu grâce à Babelio dans le cadre de son opération Masse Critique ! Merci !

Critiques et infos sur Babelio.com

Publié dans Témoignage

Commenter cet article

Véro 02/03/2010 19:18



Un livre violent dans le sens où il nous questionne semble-t-il : je note mais garde ça pour mes grandes vacances quand j'aurai peut-être meilleure opinion sur la nature humaine ...



Christophe Pierre 08/03/2010 11:33


Oui ce livre soulève beaucoup de questions. Il est trés enrichissant car il n'épargne personne et contraint à nous voir d'un regard authentique.
Une lecture troublante certes, mais importante.


domy 25/02/2010 13:02


Encore une lecture qui fait mal au moral, il me semble.
J'aime beaucoup ce que tu dis là : "Neuf valises représente à mes yeux ce que devrait être un véritable travail de mémoire. Autre chose que ces interminables cérémonies où la foule fardée
de breloques clinquantes écrase une larme oubliée le lendemain mais une prise de conscience absolue, totale et véritable de la bête immonde et affreusement ignoble qui se dissimule derrière nos
airs empreints de civilités et de courtoisie mal préparée." J'y adhère complètement.


Christophe Pierre 08/03/2010 11:35


Je suis heureux que tu sois de mon avis, mais je pense effectivement que mettre sur pieds des cérémonies sans véritable réflexion derrière n'est qu'un laisser-passer pour la bonne conscience.