Cléopâtre : entre Orient et Occident

Publié le par Christophe Pierre

BENOIST-MECHIN - Cléopâtre

J'étais sûre de pouvoir un jour rentabiliser les dizaines d'heures passées à jouer à Rome - Total War. Depuis que j'ai lu Cléopâtre, je n'ai plus honte de dire que, par périodes, je suis une addict des jeux vidéos, et comme je suis une rapporteuse, sachez que Christophe aussi. On partage tout. Arrivés à ce point de la lecture de mon billet, vous êtes sensés vous demander le rappport entre Rome - Total War et un livre dont le titre donne à penser qu'il est une biographie de la célèbre reine d'Egypte. Figurez-vous qu'après 50 pages de lecture, je me suis demandée si la couverture correspondait bien à son contenu. Rassurez-vous : à la page 95 (!), Cléopâtre fait son apparition au palais de Lochias, aux pieds de César.

L'ouvrage que propose Jacques Benoist-Méchin aurait pu s'intituler : Rome à la conquête de l'Egype, ou encore L'empire romano-égyptien : un doux rêve, ou bien, pour reprendre des prénoms, César, Antoine et Octave. Mais Cléopâtre ? Certes elle est le maigre fil conducteur de cet essai qui ne se propose certainement pas de dresser le portrait de celle qui fut surnommée le serpent du Nil et encore moins de raconter sa vie, mais choisir son nom pour titre revient vraiment à induire le lecteur en erreur.

Cet avertissement posé, l'ouvrage de Benoist-Méchin s'avère excellent. Il retrace l'épopée romaine qui débute lorsque César franchit le Rubicon avec ses troupes et vient s'achever à Alexandrie, avec la victoire d'Octave. Entre-temps, l'auteur relate avec concision mais sans omettre les détails importants les nombreuses batailles qui ont parsemé le parcours des imperators. Il s'attarde aux circonstances politiques qui ont justifié les décisions de César, les hésitations d'Antoine, les choix de Cléopâtre. Il raconte avec sensibilité mais justesse la fin des héros de l'Antiquité. C'est ainsi qu'on se retrouve avec dans les mains un ouvrage à la fois complexe et abordable : Benoist-Méchin, faisant preuve de pédagogie, trouve le juste milieu entre les explications nécessaires et les prérequis supposés de ses lecteurs. Ajoutez-y une plume légère et un sens du rythme qui rend la lecture aussi haletante que celle d'un roman : même si chacun sait que César n'est jamais devenu Roi d'Egypte, on ne peut s'empêcher de se demander ce qui va se passer d'un chapitre à l'autre et s'empresser d'entamer le suivant...

L'auteur fait la part belle à César. On sent même un certain parti-pris favorable au dictateur, à qui la majeure partie de l'ouvrage est consacrée (alors que Cléopâtre doit apparaître dans une cinquantaine de pages sur les 400 qui composent le livre, annexes comprises). Antoine, quant à lui, apparaît comme un piètre homme politique, à l'ambition limitée par ses frasques. Quant à Octave, il n'est évoqué que furtivement, pour en finir avec les rêves décidément démesurés de César. On peut regretter un petit déséquilibre dans les dernières pages, qui semblent avoir été beaucoup moins travaillées que la première partie consacrée à l'auteur de De Bello Gallico, vraiment remarquable.

A l'issue de cette chronique, vous comprenez sans doute un peu mieux en quoi je ne regrette pas les heures passées à étudier l'empire romain à travers un jeu vidéo ? Je vous dirai plus : pour s'y retrouver dans les diverses et nombreuses factions que César puis Antoine se proposent d'annexer, vaincre ou s'allier, ainsi que la géographie des villes traversées ou assiégées (nom d'époque !), ce jeu s'avère indispensable. Ou alors la consultation incessante (et handicapante) des cartes qui se trouvent à la fin de l'ouvrage.

Jacques BENOIST-MECHIN, Cléopâtre, 1975 - 2010.

Publié dans Essais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Véro. 06/10/2010 10:33



Là je crois que je vais passer mon tour ... Mais pareil que Domy : elle est marrante cette photo !



Pierre 12/10/2010 18:56



On s'est bien amusés à la faire, aussi ^^



domy 05/10/2010 14:52



Moi je dis : superbe photo pour un superbe billet bien tentant



Pierre 06/10/2010 17:52



Merci pour la photo, j'ai eu la chance de trouver un imperator dans ma maison !
Comme convenu, je te raconterai l'Histoire...



Neph 04/10/2010 21:37



Le thème ne peut que m'intéresser ! Et je suis plus fan de César que de Cléopâtre, alors tout me va !



Pierre 05/10/2010 21:22



Tu seras servie alors ! Je ne savais pas que tu étais branchée Antiquité :) Enfin, textes latins et tout ça, mais pas forcément histoire...'faudrait que je visite ton blog plus attentivement oO