Communion d'esprits

Publié le par Christophe Pierre

Jonathan COE - Une touche d'amourCela fait quatre ans et demi que Robin Grant n'a pas touché à sa thèse de doctorat. Déprimé, dépressif, notre intellectuel socialement inadapté, révolté par la politique de Mme Thatcher (nous sommes en 1986 et Reagan vient de bombarder la Libye avec le soutien de son allié britannique) se lance dans des réflexions originales sur l'amour et l'amitié. Lui qui se rêve écrivain, c'est par le biais de courtes nouvelles - des métarécits à l'intérieur du roman de Jonathan Coe ! - qu'il laisse transparaître son étrange vision des choses.

Un homme et une femme peuvent-ils connaître une véritable communion d'esprit et pourtant devenir amants ? C'est le thème du récit contenu dans le premier carnet rouge de Robin. Les trois autres écrits tentent de répondre à des questions comme celles-ci : un couple d'amis - qui sont manifestement plus que des amis, même s'ils ne connaissent pas le charme des rapports intimes - est-il destiné à s'éteindre dès lors que les deux personnes qui le composent tombent amoureuses l'une de l'autre ? Tout ce qui nous arrive est-il le fruit de hasards, admettant l'idée que toute responsabilité nous échappe ? Peut-on tout contrôler ? L'homosexualité résoudrait-elle toutes les difficultés relationnelles que Robin connaît avec les femmes ?

Si ces interrogations ne sont pas abordées de front, elles le sont avec simplicité (surtout sous la forme de dialogues) ironie et humour, sous la plume de notre étudiant dépressif : une fois de plus, Jonathan Coe se démultiplie et fait varier son style au gré des rôles qu'il endosse. Chaque métarécit s'enchâsse dans la vie réelle des personnages : ils aident à comprendre le fonctionnement de leur auteur (pour son entourage, mais aussi pour nous), son passé, mais éclairent également l'action présente d'un jour nouveau.

Challenge Jonathan Coe !Indéniablement, la structure du roman est originale, la plongée dans le monde particulier de l'université est réussie, tout comme les thèmes abordés sont intéressants, de même que les pistes de réflexion lancées. Pourtant, je ne me suis pas du tout attachée à la plupart des personnages, même si Jonathan Coe leur a donné cette humanité qui caractérise son oeuvre. De même, au terme de ces 280 pages, les protagonistes restent entourés d'un brouillard (tout londonien, ajouterez-vous) un peu frustrant : tout n'est pas vraiment clair. Il faut dire qu'en 1989 l'excellent auteur britannique en était encore à ses débuts - pas mauvais du tout ! - et que depuis il a livré l'inoubliable La pluie avant qu'elle tombe, ou bien le schizophrénique Bienvenue au Club, ou encore le succulent Testament à l'anglaise, ou l'orginal La Maison du sommeil

Pour ma part, j'ai lu ce roman dans le cadre du challenge Jonathan Coe (1/2) !

 

Jonathan COE, Une touche d'amour, 1989.

Commenter cet article

L'Ogresse 17/10/2010 13:01



Ah ! Je crois que je commencerai par 'The Rotters' club' alors ! J'irai voir ton billet un peu plus tard.



Pierre 22/10/2010 11:37



Ca doit être génial de lire Jonathan Coe à Londres ! Et en VO !



L'Ogresse 16/10/2010 21:13



J'ai 'The Rotters' Club' et 'The house of sleep' (je ne connais pas les titres en francais). Ca te dit quelque chose ?



Pierre 17/10/2010 11:22



J'ai chroniqué ici Bienvenue au club (= The Rotters' Club) donc je
t'y renvoie (ou alors je te dis en vitesse que qu'il est très bon, jeunesse des années 70, Angleterre forcément, beaucoup de personnages, du grand art dans l'enchevêtrement de leurs vies et de
leurs destins) MAIS il te faudra certainement en lire la suite, Le Cercle fermé (The closed circle).
The house of sleep = La maison du sommeil, c'est ma première rencontre avec Coe, un peu lointaine alors, mais j'en garde un très bon souvenir : plutôt atypique, moins politisé que le reste, il me
semble que ça partait un peu dans tous les sens mais pas brouillon, histoire d'amour bizarre, fin surprenante, bons personnages.



L'Ogresse 02/10/2010 11:02



Que des bons billets sur cet auteur. Deux de ses romans m'attendent depuis des mois, il va vraiment falloir que je les depoussiere !



Pierre 12/10/2010 18:53



J'aimerais bien savoir lesquels :) Ma prochaine lecture de Coe sera "Le cercle fermé", la suite de "Bienvenue au club", en lecture commune avec véro... Est-ce que j'ai déjà dit que Jonathan Coe
était l'un de mes auteurs préférés ?!



Véro. 29/08/2010 17:06



Je confirme que cet auteur mérite d'être lu ! Je l'ai découvert grâce à toi !



Pierre 02/09/2010 21:22



Je suis RAVIE qu'il te plaise ! Et que tu te sois convertie à Jonathan Coe (oui, il mérite qu'on lui voue un culte) !



La librivore 12/08/2010 13:25



Je ne connais cet auteur que de nom. Le billet donne toutefois envie de lire les deux autres livres. Les émotions de lecture sont de belles choses à partager.



Pierre 13/08/2010 17:02



Je trouve que Jonathan Coe est à ranger parmi les auteurs contemporains incontournables.  Il y a Ian McEwan, aussi...