De l'Académie française

Publié le par Christophe Pierre

Henri TROYAT - La fille de l'écrivainAu cours des premières pages de La Fille de l'écrivain* , il vous faudra peut-être fournir un petit effort de volonté pour vous convaincre que Armand Boisier n'est pas Henri Troyat. Le raccourci semblerait facile, mais un esprit fatigué s'y laisserait prendre car ce ne sont pas les points communs qui manquent : Armand Boisier est un Immortel, il est âgé de 85 ans, et est l'auteur de (seulement) une soixantaine de livres. Quoi qu'il en soit, il est certain que Henri Troyat maîtrise parfaitement son sujet lorsqu'il met en scène un écrivain en fin de carrière, en proie au doute quant à son talent, à la fois à l'occasion de la sortie de son dernier roman, et rétrospectivement concernant l'ensemble de son oeuvre, ou lorsqu'il évoque les réunions hebdomadaires à l'Académie française.

Lorsque Sandy, la fille d'Armand, tombe amoureuse de Jean-Victor Désormieux, l'univers du vieil écrivain s'effondre soudain. C'est qu'il perd du jour au lendemain celle qui avait fini par prendre la place de sa défunte épouse : confidente privilégiée, conseillère avertie, Sandy gérait les affaires de son père en plus d'être sa première lectrice, sa conseillère, celle sans qui il n'écrirait plus, de son propre aveu. Sa vestale. Alors, quand Sandy reporte un peu de son admiration, de son amour sur un autre homme, jeune écrivain de surcroît, au succès inattendu et plus ou moins immérité, et que cet amour s'étale impudiquement dans la presse people, c'est un peu difficile à avaler !

Ce court roman - moins de 200 pages - est une immersion réussie dans le monde des lettres, légère et moderne pour la plume d'un auteur né en 1911 (et qui nous a quittés en 2007).

* un clin d'oeil à La Fille du capitaine de Pouchkine, dont Troyat a écrit une biographie ?

Henri TROYAT, La Fille de l'écrivain, 2001.

Commenter cet article

milka. 03/12/2009 18:29


Je suis une inconditionnelle de Troyat. Je relirais ce roman avec plaisir.


Pierre 03/12/2009 20:19


Je te le rends bien vite, alors