Fantômes d'hier

Publié le par Christophe Pierre

Kate MOSSE - Fantômes d'hiverFreddie Watson n'est pas encore remis de la mort tragique de son frère George, tué durant la Première Guerre mondiale, lorsqu'il se rend dans le sud-ouest de la France, où il va vivre des événements bouleversants... et pour le moins surprenants.

C'est avec une étonnante justesse que Kate Mosse décrit les tourments intérieurs de son personnage central qui peine à mener le deuil de ce frère tant aimé et dont il n'admet pas la disparition, mais aussi la souffrance liée à la désaffection de ses parents, ou encore la culpabilité envahissante et inexprimable de "celui qui reste".

Le roman décolle vraiment lorsque Freddie rencontre Fabrissa, elle aussi dépositaire d'une terrible histoire qu'elle va confier à son nouvel ami. Jusque là, Kate Mosse s'était contentée de distiller parcimonieusement des éléments créant une atmosphère un peu mystérieuse, voire oppressante, servie par l'hiver rigoureux et le village imaginaire de Néans : il était temps qu'il se passe quelque chose.

Les histoires de fantômes sont généralement appréciées, et celle-ci ne devrait pas déroger à la règle. Si le fond du récit (que je ne dévoilerai pas ici...) est assez simple, il faut reconnaître qu'il est habilement mis en scène. Sauf peut-être en ce qui concerne les éléments de surprise : étaient-ils voulus ou espérés, toujours est-il qu'ils sont plutôt absents, le dénouement étant tout à fait prévisible. Les éléments les plus historiques, eux, sans doute ignorés de la plupart des lecteurs, présentent un intérêt certain et méritent que l'on s'y attarde, notamment à l'aide des références suggérées par l'auteur elle-même à la fin du roman. Quant à l'explication des phénomènes "paranormaux", elle reste légère mais a le mérite d'avoir été écrite.

De courts chapitres (titrés !) et un vocabulaire des plus simples rendent la lecture reposante, et pourtant... les sujets abordés (superficiellement par contraste avec d'autres ouvrages) sont interpellants : la guerre (celle de 1914, mais aussi les guerres de religion...), la mort et le deuil, la cruauté des hommes, le désir de vivre, le besoin d'aimer,... C'est ainsi qu'une lecture au premier abord divertissante pourrait se révéler moins anodine qu'il n'y paraît...

Ce livre a été lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions JC Lattès, grâce à Livraddict ! Nous les en remercions !Editions JC Lattès
Livraddict

Kate MOSSE, Fantômes d'hiver, 2010.

Commenter cet article

pimprenelle 23/02/2010 12:45



Pour ma part, ce livre est un réel coup de coeur! Quant à la fin, je ne suis pas persuadée qu'il y ait eu volonté de l'auteur de créer la surprise.



Christophe Pierre 23/02/2010 12:57


La question se pose, c'est vrai. Cet élément mis à part, j'avoue que je me suis un peu ennuyée pendant la lecture : j'avais l'impression qu'on aurait pu me raconter cette histoire en quelques
minutes, qu'elle aurait pu me plaire dans ce contexte de conversation au coin du feu, mais qu'il manquait quelque chose pour en faire un livre (c'est un sentiment que j'ai du mal à
exprimer...).
Un lien vers la
critique enthousiaste de pimprenelle :) et vers celle de stephie.


Véro 31/01/2010 12:31


T'ayant connu plus enthousiaste dans tes billets, en dépit d'une critique loin d'être négative, je reste en retrait sur ce titre puisque d'autres critiques lues sur ce livre ne m'avaient pas
tentées non plus.


Christophe Pierre 31/01/2010 21:33


C'est bien vu, Véro ! Tu es très attentive à nos écrits, et perspicace, avec ça. C'est effectivement une lecture qui ne marquera pas mon esprit de sa trace impérissable, et je ne te reprocherais
certainement pas de passer ton tour sur ce coup-là... (ce n'est pas comme Jonathan Coe, hein )


Stephie 31/01/2010 08:54


Comme il est sur ma PAL, je n'ai que survolé ton billet. Je reviendrai ;)


Christophe Pierre 31/01/2010 21:33


A bientôt alors :)


Nathalie 30/01/2010 10:59


Salut !  Tu sais que tu as écrit "fantômes d'hier" au lieu d'hiver ?  Jolie critique, en tous cas, sur un joli blog  :)


Christophe Pierre 30/01/2010 11:16


Merci Nathalie !
Oui, "Fantômes d'hier", c'est un petit jeu de mots :D
Je ne pense pas vider l'intrigue de son suspense en disant que les fantômes d'hiver surgissent d'un passé (lointain).


milka. 30/01/2010 09:57


Je suis vraiment tentée de lire ce genre de littérature.
Livraddict a eu raison de vous inclure dans son partenariat. Bravo


Christophe Pierre 30/01/2010 11:18


Oui, je pense que ça pourrait te plaire, en effet :)