Highway to Hell

Publié le par Christophe Pierre

Stephen KING - Christine

Arnold "Arnie" Cunningham est un de ces étudiants boutonneux, timides et régulièrement raillés. Au détour d'une balade avec son ami Denis, il trouve une vieille Plymouth Fury 58 à vendre. Malgré son état de délabrement avancé, Arnie décide d'en faire l'acquisition en passant outre les mises en garde de son entourage.

Il va rapidement constater l'étrangeté de l'ancien propriétaire, le comportement pour le moins bizarre d'une voiture susceptible de n'être que de la mécanique et ses propres changements. Arnie va devenir susceptible, possessif, jaloux et cesser d'être l'ami attentif, le petit ami aimant ou l'adolescent responsable qu'il était avant d'acheter Christine.

D'autant que les événements eux-mêmes se précipitent : chaque personne qui semble vouloir se mettre entre la voiture et Arnie meurt dans des circonstances troublantes.

Denis et Leigh vont devoir se mettre en quête d'une terrifiante vérité afin de sortir leur ami d'un si mauvais pas... et découvrir qu'une voiture n'est pas toujours qu'une simple mécanique.

Une histoire succulente pour les amateurs d'épouvante. Un style simple et des personnages contrastés donnent au livre ce qui fit jadis les lettres de noblesse du genre.

L'atmosphère est suffocante et suffisamment bien mise en scène pour oublier le déroulement simpliste des événements. Ce qui compte ici n'est pas le suspens : Stephen King est suffisamment clair dans le but qu'il poursuit. Non, ce qui compte ce sont les sensations ressenties, les émotions perçues lorsque le lecteur se surprend à marmonner "Attention elle est derrière toi" ou encore "Mais non c'est elle, casse toi elle arrive pour toi...".

Une manière d'aborder la narration qui rappelle allègrement les vieux films d'horreur qui ont fait frémir le trentenaire que je suis (Toxic Avenger, Evil Dead, Amityville...) ou encore les récits peu connus de Ray Bradbury comme La foire des ténèbres. A noter que Christine est dédicacé notamment à George Romero, un des maîtres de l'épouvante.

Un livre qui se lit avec plaisir, qui ne nécessite pas d'exigentes réflexions tout en abordant une certaine Amérique où le matérialisme acharné s'empare de la jeunesse et donne aux voitures des airs de petites amies. Pour s'en convaincre, il suffit d'examiner les têtes de chapitre qui reprennent des morceaux de chanson de musiciens comme Chuck Berry, Bruce Springsteen, Buddy Holly ou les Beach Boys.

En bref, une histoire qui fleure bon les seventies et nous plonge dans l'Amérique des milkshakes et des combats au couteau.

 

Stephen KING, Christine, 1983.

 

Du même auteur sur le blog :

Carrie

La tour sombre : tome I

Différentes saisons

 

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Stephen King proposé par Neph.

 

challenge-stephen-king

Publié dans Epouvante

Commenter cet article

Antoni 20/07/2010 21:27



Salut Christophe, j'ai mis le lien de ton article dans celui que j'ai rédigé. Je te laisserai le soin d'aller vérifier cela sur mon blog, si le coeur t'en dit naturellement.


J'ai aimé ce livre, même s'il n'est pas mon préféré de Stephen King.


Bonne soirée et à bientôt.


Amicalement,



Christophe Pierre 24/07/2010 10:21



Merci beaucoup, j'y vais...



djak 17/06/2010 18:28



j'avais vu le film, étant ado... et beaucoup aimé! peut-être devrai-je aller du côté du livre, pour éprouver les mêmes frissons?!



Christophe Pierre 18/06/2010 12:38



Sans aucun doute.



El JC 16/06/2010 19:30



Ah oui tiens pourquoi pas un petit retour dans les sixties à l'occasion ? Merci pour ce petit billet sympathique.



Christophe Pierre 18/06/2010 12:38



De rien... c'est un réel plaisir.



Nathalie 16/06/2010 11:01



Voilà une critique superbement écrite (encore une), qui lui vaut un peu de pub dans un de mes billets : 
http://nath-pageapage.blogspot.com/2010/06/mes-critiques-preferees-de-ces-derniers.html



Christophe Pierre 18/06/2010 12:39



Un grand merci. C'est toujours avec surprise et joie de voir que ce que l'on fait est plaisant... et c'est suffisemment rare pour le souligner.



flof13 16/06/2010 02:14


il est dans ma PAL celui-ci... mais je suis une grande froussarde !!! alors, forcément, j'hésite... d'autant que les films adaptés de Stephen King comme Shining (vu pour la 1ère fois à 13 ans et en
espagnol) me font flipper comme une dingue !! bref, vous avez compris, amigos ? c'est pas pour tout de suite, cette lecture !!


Christophe Pierre 18/06/2010 12:39



Courage, c'est bien d'avoir un petit peu peur parfois.