Horloger jusqu'au bout des ongles

Publié le par Christophe Pierre

Stephen KING, Le PistoleroLe Pistolero est à la poursuite de l'homme en noir. Sorcier capable de manipuler les esprits et détenteur des secrets qui mènent à la Tour Sombre : objet de celui qui le traque.

 

Au fil du récit, nous apprendrons que le Pistolero se prénomme Roland et est le dernier d'une longue lignée. Dur et sans scrupules, il ne vit et ne voyage que pour ce but qu'il s'impose.

 

Mais les quelques rencontres qu'il fera sur la route le feront s'interroger sur le bien-fondé de cette quête.

 

Il fait connaissance avec Alice dans la ville de Trull avec qui il a une relation. Il l'abattra sans trop de scrupules pour se sortir du piège tendu par l'homme en noir.

 

Il rencontre Jake, enfant perdu au milieu du désert. L'endroit d'où vient Jake est un lieu surprenant : des voitures roulent sans attelage, des gens vêtus étrangement et cette statue couronnée tenant à la main un flambeau. Roland devra l'abandonner lui aussi afin de rejoindre le sorcier.

La fin du premier tome de la Tour Sombre s'ouvre sur d'autres horizons, sur un cycle dont l'objectif semble être de  connaître Roland et ce monde étrange dans lequel Stephen King nous plonge.

Nous retrouvons avec plaisir tout ce qui rend Stephen King intéressant. La thématique : le bien et le mal qui sont inséparables, l'enfance omniprésente dans l'oeuvre de l'auteur, l'humanité manipulée par des forces inconnues qui donne à l'écriture un côté shakespearien où le héros semble incapable d'échapper à son destin... L'atmosphère : la langueur des débuts narratifs, la mise en place des personnages quasi cinématographique, l'ambiance inquiétante rendue par le désert où les terminologies du style "herbe du Diable", les personnalités sinistres des gens rencontrées...

Le décor nous montre une sorte de Far-West où se retrouvent les temps médiévaux et certains traits de l'époque contemporaine. L'auteur décrit de cette façon un vortex où la notion de temps semble s'être évaporée et où l'âme humaine nous apparaît perdue et sans noblesse. Le lecteur pressent que cette distorsion a quelque chose à voir avec cette Tour si convoîtée. 

Les lieux désolés sur lesquels avancent le pistolero renforcent le côté sombre de l'histoire... et les descriptions imagées auxquelles King nous a habitués font merveilleusement mouche en permettant au lecteur de se raccrocher à ce qu'il connait. Bien qu'il s'agisse d'une oeuvre fantastique, tout est parfaitement crédible et nous sommes dès les premières pages pris par l'intrigue grâce au souci du détail et à une intrigue parfaitement dosée. 

Il n'est pas surprenant que Stephen King soit si souvent porté à l'écran. Son style est fluide, précis et visuel assurant une lecture rapide et prenante.

Un livre qui est sans concession mais agréable de lecture qui nécessite selon moi un approfondissement : l'auteur apprécie la symbolique.

 

Stephen KING, La Tour Sombre tome I : Le pistolero,1982 .

 

J'ai lu ce livre dans le cadre du Challenge Stephen King et de la lecture commune proposés tout deux par Neph.
Dans le cadre du même défi, retrouvez notre billet sur Carrie.


challenge-stephen-king 

Publié dans Science-fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jthi 11/05/2010 16:05



je n'ai pas lu celui-ci (c'est bizarre...). le meilleur pour moi est sans doute Misery, pour l'atmosphère qu'il dégage!



Christophe Pierre 11/05/2010 23:14



Je partage assez ton opinion sur Misery, que je devrais relire d'ailleurs...



sentinelle 06/05/2010 08:30



Un très bon souvenir de lecture, je regrette seulement de m'être essouflée après le quatrième tome de la série et donc navoir jamais su le fin mot de l'histoire



Christophe Pierre 14/05/2010 23:18



Je crois que je vais pour ma part insister quelque peu... je te tiendrai au courant de ma capacité pulmonaire :D


Peut-être pourrais-tu profiter de l'occasion ?



Matilda 03/05/2010 11:23



J'ai dû lire cinq-six romans de Stephen King, dont le ovlume un du Pistoléro. Et ... qu'est-ce que j'ai pu m'ennuyer. Mais en même temps Stephen King au bout d'un moment c'est toujours la même
chose ... Bref je ne lirais surement pas la suite, enfin je ne la lirais pas c'est sûr ^^.



Christophe Pierre 03/05/2010 23:36



Bin je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi... Sur certains points il est vrai que Stephen King aborde les mêmes problématiques, mais j'ai toujours trouvé son point de vue et ça façon de les
aborder intéressante.


Mais bon, les coups et les douleurs... :D


Autant dire que j'ai déjà lu pas mal de Stephen King et que je n'en resterai pas là... J'aurai au moins le privilége de te faire lire mes avis ;)



Frankie 02/05/2010 23:23



Lu les 3 premiers tomes il y a bien longtemps, j'avais beaucoup aimé ! J'aimerais lire la suite mais il faudrait que je me procure les premiers et que je les relise car j'ai de vagues souvenirs
mais pas assez pour continuer.



Christophe Pierre 03/05/2010 23:37



Effectivement il est toujours difficile de reprendre un cycle en cours de route... Pour ma part j'aimerais de nouveau entamer le cycle de Dune. Les trois premiers tomes m'avaient subjugués puis
j'ai un peu décroché... peut-être... ma foi oui...



Véro. 02/05/2010 19:53



C'est celui que j'avais le moins aimé de King. Je crois même que je n'ai pas lu la suite.



Christophe Pierre 03/05/2010 23:38



Bin c'est pas grave, disons que ça rendra ta PAL un peu plus light :D


En tout cas merci du commentaire, à bientôt :)