L'élan Borel

Publié le par Valérie

NDIAYE - Trois femmes puissantesC’est l’histoire de Norah répondant à l’invitation de son père pourtant empli de dédain vis-à-vis de ses filles.

C’est l’histoire de Fanta que l’on devine, à travers les hésitations et la tourmente de son mari.

C’est l’histoire aussi de Khady Demba, jeune veuve africaine soumise expulsée pour l’Europe par sa belle-famille.

Trois chemins, trois vies et des centaines d’impressions, de sentiments, de contradictions, de doutes et peut-être d’évidences qui vous correspondent.

Les mécanismes tortueux que tout un esprit, même équilibré, peut appliquer.

Trois femmes montrant l’intérêt du changement, de la remise en question, trois vies stables parce que déséquilibrées un jour.

Marie Ndiaye a trouvé les mots pour décrypter ce que le corps ressent mais qui ne sait être partagé. Des mots prouvant l’intérêt de prendre le temps lorsque le conscient est en inadéquation avec le surmoi.

Le texte peut contenir des phrases relativement longues ; celles-ci étonnent mais éclairent le lecteur sur la complexité des sentiments partagés voire déchirés. Sans grande notion de psychologie, un arrêt sur image des sentiments inconscients donne l’explication tant attendue des réactions impulsives ou contrôlées.

A lire et à relire.

Marie NDIAYE, Trois femmes puissantes, 2009.

Commenter cet article

Véro. 11/01/2010 19:58



Il semble que ce texte soit plein de délicatesse et de sensibilité : je suis intriguée par ces trois destins et je note ce titre.



domy 11/01/2010 19:36


Erratum : j'ai compris. C'est la femme de paille!


domy 11/01/2010 14:42


L'élan Borel ??? Je ne comprends pas


Pierre 13/01/2010 13:52


Tu ne connais pas Borel, le mathématicien et homme politique français ?


Anneso 11/01/2010 14:17


peut etre est ce l'occasion de lire ce prix goncourt...


milka. 11/01/2010 13:40


Je lis rarement les "Prix Goncourt", trop "intellectuels" mais la critique alléchante me donne vraiment envie de lire celui-ci.