L'étalon italien

Publié le par Christophe Pierre

Italo CALVINO - Le chevalier inexistantLors de mes dernières pérégrinations à la bibliothèque, mon choix s'est notamment arrêté sur le célèbre auteur italien Italo Calvino. Au hasard, j'ai emporté Le Chevalier inexistant - titre intrigant s'il en est -, qui s'est avéré être le troisième opus de la trilogie Nos ancêtres. Heureusement, nul besoin d'avoir lu Le Vicomte pourfendu ou Le Baron perché pour savourer pleinement celui qui m'est tombé entre les mains.

Quel bon moment j'ai passé en compagnie d'Agilulfe Edme Bertrandinet des Guildivernes et autres de Carpentras et Syra, chevalier de Sélimpie Citérieure et de Fez ! D'abord, le récit et la plume d'Italo Calvino sont pleins d'un humour vraiment excellent. Le chevalier Agilulfe est véritablement inexistant - sous son armure immaculée, personne ! -, son opposé se trouve être Gourdoulou, un homme qui se prend pour un canard, un poirier ou la mer - en un mot, qui existe trop. Charlemagne lui-même est en décalage avec le personnage historique que l'on connaît. Quant à la narratrice, il s'agit d'une nonne qui s'égare volontiers dans des considérations naïves et un peu excentriques sur l'art d'écrire.

Les aventures d'Agilulfe, en quête de la confirmation de son titre de chevalier, celles de Torrismond, qui recherche ses pères sensés être... l'ensemble des Chevaliers du Graal, ou encore celles de Raimbaut, amoureux fou de la paladine Bradamante... Ces aventures, donc, sont toutes insolites et plus ou moins invraisemblables : c'est évidemment ce qui fait tout leur charme, tout leur intérêt. Le Moyen-Âge revisité par Calvino vaut son pesant de cacahuètes.

Pourtant, si l'on veut aller au-delà du divertissement drolatique, Le Chevalier inexistant permet une réflexion plus profonde. Par exemple, que penser de ce personnage qui, pour exister, s'astreint à une discipline de fer dans tous les domaines et n'est pourtant apprécié de personne ou presque, en comparaison avec ce fou aimé de tous, même du Roi ? Pour le reste, chacun y trouvera à nourrir les pensées qu'il voudra bien y consacrer.

J'ai l'embarras du choix quant aux extraits qui rendraient hommage à la plume de Calvino. Celui-ci se situe au moment où, Gourdoulou devenu écuyer d'Agilulfe, est chargé d'ensevelir les morts tombés lors d'un affrontement entre l'armée de Charlemagne et les Sarrasins. Il s'adresse au mort  :

« Tu souffles certains vents cent fois plus infectes que les miens, cadavre ! Il y a une chose que je ne comprends pas : tout le monde te plaint ; pourquoi ? [...] Avant, bon, tu te donnais du mouvement ; à présent, le mouvement, c'est toi qui le donneras aux vers que tu vas engraisser. Tu poussais, de tous tes ongles et de tous tes cheveux : désormais tu couleras, lymphe, et les herbes de la prairie monteront plus hautes dans le soleil. Herbe tu deviendras, puis lait des vaches qui viendront brouter l'herbe, sang de l'enfant qui aura bu le lait, et ainsi de suite. Tu vois bien que tu sais vivre mieux que moi, cadavre ! ».

Italo CALVINO, Le Chevalier inexistant, 1959.

Publié dans Littérature italienne

Commenter cet article

domy 25/07/2010 15:15



 


Oups! Moi j'avais compris que "image not found" symbolisait du "rien" pour représenter le vide dans l'armure d' Agilulf


Ceci dit, je viens de terminer ma lecture et pour tout dire, j'ai dû me forcer un peu pour la première moitié; le Moyen-âge, les guerres et les corps sanglants ne m'attirent pas vraiment
.


Ensuite l'humour décalé et pince-sans-rire de l'auteur a fait son œuvre.


J'ai vraiment adoré l'écriture dessinée, les tableaux écrits de la nonne livrière.


L'existence paradoxale du chevalier inexistant m'a interpellée dans la mesure où j'ai souvent pensé à tous ces gens qui n'existent pas et leurs effets papillon! Je suis convaincue que si le
simple fait de notre venue sur terre influence tout ce qui se passe sur cette planète, le fait de ne pas exister l'influence tout autant, peut-être pluS si on admet que les non-existants sont
beaucoup plus nombreux que nous... 



Véro. 23/07/2010 23:59



Je vois que tu n'as pas trouvé de photo pour illustrer ton article, tu pourrais peut-être regarder là...



Miss Spooky Muffin 19/07/2010 13:27



Je me souviens avoir lu ce livre au lycée mais mon esprit rebelle de l'époque m'a poussée à le détester, alors qu'il a l'air super maintenant que j'y regarde à deux fois. Je commencerai bien par
Les villes invisibles pour voir si l'auteur m'enchante !



Pierre 20/07/2010 14:29



Je ne savais pas que ce livre était au programme à l'école ! Il est vraiment super, c'est vrai ! Court, facile à lire mais propice à la réflexion, à la discussion. Hier j'ai acheté les deux
autres opus, j'ai hâte de les lire... Si tu écris un billet sur Les villes invisibles, ça m'intéresse.



sentinelle 15/07/2010 21:53



J'ai lu la trilogie et Le chevalier inexistant est mon préféré des trois ! Un très bon choix donc



Pierre 16/07/2010 16:19



Héhé, le hasard aura bien guidé ma main alors. C'est certain, je lirai les deux autres opus. Et encore d'autres écrits de Calvino, qui n'avait pas sa langue dans sa poche.



djak 15/07/2010 20:38



Quand j'ai découvert avec grand plaisir Le Baron perché, je m'étais dit que je poursuivrai avec l'auteur. Voilà le prochain titre tout trouvé!



Pierre 16/07/2010 16:18



C'est un auteur que je classe dès à présent parmi mes favoris !
J'ai lu ton billet concernant Le Baron perché (http://entre23hetminuit.over-blog.com/article-le-baron-perche-d-italo-calvino-48569243.html ), et il est vraiment alléchant !