La Grande Ombre

Publié le par Christophe Pierre

Sir Arthur Conan DOYLE - La Grande OmbreSi vous connaissez Sir Arthur Conan Doyle pour être le père du célèbre Sherlock Holmes, vous n'ignorez peut-être pas qu'il est par ailleurs l'auteur de nombreux romans historiques ?

Après avoir dévoré la totalité de la série mettant en scène l'habile détective londonien, j'ai eu envie de découvrir cet autre aspect de l'oeuvre de Conan Doyle. Une fois n'est pas coutume, c'est un livre virtuel qui a satisfait ma curiosité.

Dans La Grande Ombre, le narrateur est un jeune éleveur de moutons, écossais par la tête et anglais par les jambes, qui vécut durant la première moitié du XIXème siècle. Le contexte historique est celui des guerres napoléoniennes. Si vous craignez un témoignage de guerre, rassurez-vous en vous disant qu'il vous faudra attendre seulement les 40 dernières pages de cette longue nouvelle pour que Jock Calder, bouleversé, consente à vous relater sa bataille de Waterloo. En revanche, si vous êtes féru d'histoire et que vous espérez tout apprendre sur cette période troublée du siècle des Lumières, le narrateur vous renvoie lui-même aux livres d'Histoire.

C'est donc un tout autre récit que celui de Jock Calder : c'est celui des événements qui le pousseront à s'engager aux côtés des Alliés contre la France, pour la bataille décisive de Belgique, si loin des murs gris de la ferme familiale. Son destin, ainsi que celui de son ami d'enfance Jim Horscroft, se scelle lorsque sa cousine Edie vient chambouler le coeur des deux garçons, puis lorsque fait irruption un étranger (un soldat français !) bien mystérieux, échoué plus mort que vif, qui se fait appeler Bonaventure de Lapp...

Sir Arthur Conan Doyle est crédible lorsqu'il s'exprime par la bouche d'un paysan à moitié écossais (lui-même étant originaire d'Edimbourg), même s'il abuse peut-être un peu des expressions de berger, surtout dans la dernière partie du roman. Quant au récit de la bataille de Waterloo, il est d'un beau réalisme et d'une pudeur qui nous garde des descriptions trop sanglantes d'une guerre qui le fut pourtant.

Sir Arthur Conan DOYLE, La Grande Ombre, 1909.

Commenter cet article

domy 10/12/2009 20:19


Ahhhh, je viens de comprendre!
Sympathique l'ajout "musique".


Pierre 10/12/2009 21:27


C'est tout de suite plus clair en lisant l'article :)