La mère ou la fille ?

Publié le par Christophe Pierre

QUEFFELEC - L'amour est fouSi je vous dis "Yann Queffélec", vous pensez peut-être automatiquement à ses célèbres et bouleversantes Noces barbares. Malheureusement, c'est d'un tout autre roman que je vais vous entretenir : il s'agit de L'amour est fou, dont la lecture doit suivre, pour bien faire,  celle de Ma première femme et de L'amante. La série de ces trois romans met en scène Marc, dont la mère décède alors qu'il n'a que 18 ans (événement central), sa soeur aveugle, et leur ami de toujours Tim.

Au cours de L'amour est fou, Marc est un jeune adulte, qui accessoirement écrit. Mais sa vie en réalité tourne autour de deux femmes, mère et fille. Voilà qui pourrait résumer ce bouquin. Celui-ci est une suite d'événements dont on a du mal à saisir où ils vont mener : on ne distingue guère de fil conducteur, si ce n'est la recherche de la mère (c'était la minute "psychologie de comptoir"). Pour en arriver où ? Pour couronner le tout, le dernier chapitre, qui aurait dû mettre un terme au récit par son éclaircissement ne fait que l'obscurcir...

Je m'en voudrais de faire l'impasse sur le style remarquable de l'auteur. Une indéniable finesse, talent connu et reconnu. Cela dit, c'est loin de suffire à rendre la lecture agréable - il faut dire que l'ambigüité entre la mère disparue et les femmes aimées est assez dérangeante. D'interminables digressions, réflexions - qui font se dire par moment que Marc n'est même pas quelqu'un de bien - et le pire : les échanges de correspondances entre Marc et son père, dans un style qui fait penser à de l'écriture automatique (pour ce que j'en ai lu car, avouons-le, j'ai sauté des pages).

Bref : lisez (ou relisez si vous en avez le courage) Les noces barbares.

Yann QUEFFELEC, L'amour est fou, 2006.

Commenter cet article

Theoma 07/11/2009 17:29


Je n'ai plus envie de poursuivre avec cet auteur. Je garde un souvenir puissant des Noces barbares mais... aucunement envie de le relire. Ce n'est pas par manque de courage, je ne suis pas maso ;-)