Lambeaux réels

Publié le par Valérie

Carole MARTINEZ - Le coeur cousu

Soledad, seule à jamais, raconte la vie de sa mère Frasquita et son chemin parsemé de magie colorée. Ses enfants naissent à l’arrêt ou en marche dans le sable, affublés de plumes ou de cheveux rouges, de lumière fluorescente ou d’une voix de cristal.

Toutes ses filles se transmettent, Anita d’abord de sa mère, une boîte de couture bien étrange. Les plus vulgaires bouts d’étoffes ou de chairs humaines entaillées reprennent forme, vie et beauté sous les mains guidées de Frasquita. D’étranges chants et prières connus d’elles seules leur réservent une réputation de sorcière, les isolant malgré elles. Chassée de leur maison après un pari perdu, aimée et de suite oubliée par le vainqueur, Frasquita errera en robe de noces blanche ou ensanglantée, tirant une charrette et ses enfants, vers le sud. Accueillie par un meunier esseulé, Frasquita, sans craindre la faim, reprend la route alourdie par  trois sacs de farine salvateurs. Ceux-ci lui seront vite volés par une poignée d’anarchistes espagnols affamés. L’Espagne sous l’Inquisition ne laisse pas de liberté aux paysans du bourg mais une petite voix sortant de la gorge d’Anita, la voix venue des lumières des cathédrales, transperce les cœurs meurtris des paysans affaiblis.  Ces esprits vibrants trouvent force et initient la révolution après avoir sauvé Salvador des mains des gardiens qui le torturent pour connaître le propriétaire des sacs de blé.

Le périple ne s’arrête pas là, mais la cadence des évènements et leur originalité sont appréciables. Beaucoup de fraîcheur, d’imaginaire, si pas nouveau, oublié, englouti par le terre à terre de notre existence. Roman édulcoré par les contes d’autrefois trouvant place encore dans notre vie… si nous, lecteurs ne perdons pas notre capacité d’analyse.

L’histoire se termine après 439 pages de rebondissements inattendus, il n’en aurait pas fallu plus : nous aurions été lassés d’images nouvelles.


Carole MARTINEZ, Le coeur cousu, 2009.


Commenter cet article

pom' 10/02/2010 17:27


un petit coté fantastique et poétique agréable à lire


Stephie 08/02/2010 07:58


Ce fut une belle découverte !!


Véro 07/02/2010 20:49


Ca ne me tente pas ... en revanche, encore un joli clin d'oeil avec votre photo ! J'ai bien aimé aussi la truelle devant Une journée d'Ivan ...


Christophe Pierre 07/02/2010 21:28


Merci pour la truelle, Véro
Aujourd'hui, c'est Valérie qui signe cet article sur Le coeur cousu, et qui
est aussi l'auteur de cette photo que tu complimentes :)