Les moitiés de Murakami

Publié le par Christophe Pierre

MURAKAMI - Les amants du SpoutnikK., le narrateur, est amoureux de Sumire. Il aime son extravagance, son décalage et sa manière de ne pas être attachée aux convenances. Une femme d'une grande élégance et dont la profession l'oblige aux voyages, Miu, va engager Sumire comme secrétaire. Dès cet instant Sumire s'interroge sur les véritables sentiments qui la lient à sa patronne...

Murakami nous offre à nouveau une histoire d'une étonnante fantaisie où chaque personnage ne livre sa profondeur que petit à petit. La personnalité de Miu, dont la multiplicité ne vous échappera pas, ajoute cette touche de mystère si chère à l'auteur. Il faudra de la patience au lecteur pour découvrir les raisons de son tempérament. Murakami pose l'étrange question de l'ubiquité à l'échelle d'une vie : Miu ne serait-elle pas en train de vivre deux vies différentes dans un seul et unique instant ?

Le récit monte en puissance au fil de son avancement jusqu'à atteindre une sorte de point de rupture lors de la rencontre entre K. et Miu. Le livre est une alternance subtile entre langueur et frénésie qui illustre parfaitement le contenu. Je vous laisse découvrir le voyage de K. pour l'Europe. Pour ma part, je prends cet épisode pour un bijou de mélancolie ; pour d'autres (dont je tairai le nom...) l'auteur tire en longueur.

Haruki MURAKAMI, Les amants du Spoutnik, 2004.

Publié dans Littérature japonaise

Commenter cet article