Liberté d'esprit

Publié le par Christophe Pierre

COMTE-SPONVILLE - L'Esprit de l'athéisme

André Comte-Sponville annonce lui-même dans son avant-propos son intention de proposer un « ouvrage délibérément bref et accessible - pour aller plus vite à l'essentiel » et de « [s]'adresser au plus grand nombre », ajoutant que « l'érudition ou les querelles d'experts peuvent attendre ». Le problème est que l'un des deux objectifs (accessibilité extrême, voire excessive) a largement pris le dessus sur l'autre (brièveté, même si l'ouvrage ne fait que 215 pages). Je m'explique : les idées, même les plus simples, sont toutes reformulées plusieurs fois, comme s'il fallait nous expliquer chaque mini-concept en des termes variés mais basiques, ou encore que l'auteur s'adressait à un lecteur dont le français n'est pas la langue maternelle. En un mot, ces 215 pages auraient pu être réduites au moins de moitié si l'auteur ne s'était pas senti obligé de traduire tout ce qu'il disait. Personne ne le lui aurait reproché s'il avait énoncé des idées particulièrement ardues à intégrer ou des concepts tout à fait inédits... Or, on ne trouve rien de tel : les assertions de Comte-Sponville ne sont pas neuves, et ultra-simplifiées, mais présentées à sa sauce, sur le ton de la conversation. Cependant, pour donner un peu de poids à ses arguments ou attester de sa formation, notre philosophe s'appuie sur les plus grands noms (Spinoza, Pascal, Descartes, Platon...), ce qui a le mérite de donner des pistes de réflexion - qui seront infiniment plus intéressantes à explorer. Je dis bien ses arguments, car, André Comte-Sponville évoque explicitement les raisons pour lesquelles lui -même est athée, son enfance catholique, sa perte de la foi, etc., sans chercher à convertir personne, ce qui est tout à son honneur.

Des trois parties qui composent le livret, c'est de la deuxième (Dieu existe-t-il ?) que j'attendais le plus, et c'est donc celle qui m'a le plus déçue. Tout le monde est d'accord là-dessus : de l'existence de Dieu, ou de son inexistence, personne n'en a aucune preuve, mais il est permis d'exposer les raisons pour lesquelles on penche plutôt d'un côté ou de l'autre. Or, des six raisons d'être athée exposées très simplement par Comte-Sponville, aucune ne m'a convaincue, alors qu'il prêchait une convertie (haha).

La première partie, intitulée Peut-on se passer de religion ? (sans mystère, la réponse est oui), trop longue, n'apporte rien de vraiment neuf. Elle véhicule un message de tolérance, d'espoir et d'amour (il paraît que ce n'est pas l'apanage des catholiques). Elle met par exemple en évidence que l'on peut être athée sans pour autant renier le passé chrétien de l'Occident, et adopter des valeurs qui sont communes aux croyants ; elle définit Dieu de manière restrictive.

Dans la dernière partie du livre - Quelle spiritualité pour les athées ? -, André Comte-Sponville propose enfin une réflexion plus intéressante même si insatisfaisante, un peu plus poussée, mais guère exempte de ce qui ressemble à des contradictions, et surtout, il refuse de ce départir de ce ton agaçant de familiarité, qui ne convient décidément pas à ce que l'on attend d'un ouvrage de cet acabit.

André COMTE-SPONVILLE, L'Esprit de l'athéisme - Introduction à une spiritualité sans Dieu, 2006.

Publié dans Essais

Commenter cet article

Marc Lefrançois 13/05/2010 13:42



Hélas, cela arrive souvent à bien des écrivains... Ils déclinent avec le succès...



Véro. 12/05/2010 23:18



Thème intéressant mais visiblement le livre n'est pas à la hauteur donc je passe !



Christophe Pierre 14/05/2010 07:21



C'est exactement ça.



Matilda 10/05/2010 11:51



Moui, autant dire que cela ne m'attire pas des masses. Je préfère réfléchir comme une grande et toute seule à mo nathéisme plutôt que de lire un truc dans le genre ...


Bref j'ai déjà trop de lvires dans ma bibli. pour me procurer celui-là, en plus la philosophie (ou dés qu'on a le nom d'un philosophe cité) me fil un mal de crâne pas possible.



Christophe Pierre 11/05/2010 23:44



Je m'attendais à ce qu'un livre pareil nourrisse ma réflexion personnelle, mais en fait non. Sauf si on considère que j'ai progressé en dénichant les contradictions ou les mauvais arguments...



Marc Lefrançois 10/05/2010 10:38



Oui, j'avais découvert ce philosophe à l'époque où il publiait de petits livres chez Albin Michel sur l'amour et l'amitié... bien écrits et intéressants...



Christophe Pierre 11/05/2010 23:40



Peut-être qu'il était meilleur à ses débuts, alors...



domy 10/05/2010 09:53



La palette graphique c'est pour nous faire un petit dessin ?


Si ce livre ne répond pas aux questions (pourquoi ça ne m'étonne pas ?), ton billet mériterait bien un débat, un long débat... qui n'aurait pas de fin !



Christophe Pierre 11/05/2010 23:47



Ben oui, un petit dessin vaut mieux qu'un long discours, tu sais bien... alors les grands débats, hein... :D :D Je l'adore, ma tablette !