Quelque chose de Puri au royaume de Gandhi

Publié le par Christophe Pierre

Tarquin HALL - L'homme qui exauce les voeuxTarquin Hall est L'homme qui exauce les voeux de tous les lecteurs à la recherche d'un excellent roman policier. Ce honteux jeu de mots (la chaleur doit commencer à faire fondre mon cerveau) pour vous dire que je place ce bijou de jais au sommet des polars lus depuis longtemps : je ne lui trouve aucun défaut.

L'homme qui exauce les voeux, qui est en fait Vish Puri et non pas Tarquin Hall, est le patron de la SARL Détectives Très Privés, ou encore surnommé le Sherlock Holmes indien. Il réunit autour de lui une équipe de collaborateurs dévoués, qu'il a surnommés Handbrake, Flush, Facecream, Tubelight, et qui contribuent à donner rythme et humour aux enquêtes développées au cours de ces 300 pages de divertissement. Voici donc le premier bon point de l'oeuvre : la galerie des personnages. Puri-Chubby en particulier est très attachant malgré son arrogance un peu holmésienne... Sa mummy est particulièrement amusante.

Deuxième bon point : l'enquête principale, qui est menée tambour battant - point de temps mort - est très bien pensée. Un avocat respecté est suspecté d'avoir assassiné l'une de ses servantes, et Vish Puri est chargé de prouver son innocence. Pour ce faire, le grand détective voyage à travers l'Inde, se fait passer tantôt pour un policier, tantôt pour un chrétien responsable d'une association caritative, fait analyser des pierres par un labo, place l'une de ses collaboratrices parmi le personnel de l'avocat, interroge et déduit. En parallèle de l'intrigue centrale, deux autres : Puri est victime d'un assassin malchanceux- sur la piste duquel se lance sa mère ! -, et un colonel important lui confie une enquête prénuptiale (c'est ce qui occupe la plus grande partie de son temps). Ces deux affaires offrent d'agréables diversions, mais n'en sont pas pour autant négligées par l'auteur : il apporte un grand soin à leur mise en place, et à leur résolution. Dans tous les cas, le suspense est maintenu, notamment grâce à quelques minis fausses pistes.

Je voudrais attribuer le dernier bon point au portrait de l'Inde du XXIème siècle que dresse Tarquin Hall. Soixante ans après son indépendance, l'Inde reste un pays de castes, d'inégalités catastrophiques, de grande pauvreté côtoyant quelques richesses, de corruption. Vish Puri en est le témoin engagé, en paroles et en actes, ancré dans les traditions indiennes, et à la tête de plusieurs domestiques qu'il traite avec une bonté encore trop rare. En deça de cet aspect "orienté" du récit, Tarquin Hall nous permet de pénétrer l'Inde ordinaire, avec ses plats, ses fêtes religieuses, ses différentes langues (les termes en italique ne manquent pas mais ne gênent pas la lecture), ses embouteillages, etc. Le dépaysement est garanti.

En un mot, si vous avez la bonne idée de vous procurer L'homme qui exauce les voeux, vous vous offrirez des enquêtes bien menées, des personnalités attachantes, de l'action, et un beau voyage !

Tarquin HALL, L'homme qui exauce les voeux, 2008.

Commenter cet article

Véro. 10/07/2010 09:04



C'est toujours bien de pouvoir lire un bon polar : alors pourquoi s'en priver ?



Pierre 11/07/2010 08:49



Je vois que je ne suis pas là seule à faire des jeux de mots... Hahaha



domy 10/07/2010 08:24



Pas si puri que ça


Joli billet plein de promesses.



Pierre 11/07/2010 08:48



Voui, si tu as envie de t'essayer à un autre genre que la fantasy, celui-ci pourrait être une jolie occasion...