Sortez couverts

Publié le par Christophe Pierre

TOUSSAINT - Faire l'amourFaire l’amour de Jean Philippe Toussaint est un livre troublant qui m’a laissé quelques rides à la surface lisse de mon front figé.

 

Je ne savais en le lisant si j’allais le finir tant l’idée que le style m’inspirait était indécidable, péniblement, atrocement, affreusement.

 

Il m’a semblé n’y voir qu’un fatras de mots, tous plus compliqués les uns que les autres, s’aligner dans d’interminables phrases ponctuées de virgules qui les faisaient ressembler à des commodes d’époque.

 

Certes je salue le travail de l’auteur dans la recherche du mot quant à sa justesse et d’un style à des fins purement littéraires.

 

Certes je comprends que l’on puisse écrire sans autre dessein que la beauté du geste.

 

Mais il faut l’audace d’un Raymond Queneau pour passer la limite et relater plusieurs fois le même récit dans ses fameux Exercices de style sans avoir l’air de radoter.

 

Jean-Philippe Toussaint en fait des tonnes dans Faire l’amour, ses phrases finissent par ressembler à d’atroces litanies dont le seul but est de lancer au visage du lecteur l’étendue de sa culture chlorhydrique.

 

Jean-Philippe TOUSSAINT, Faire l'amour, 2002.

Publié dans Littérature belge

Commenter cet article

domy 10/12/2009 23:53


.... pas la guerre !!!!!!!