The Rotters' Club

Publié le par Christophe Pierre

Jonathan COE - Bienvenue au clubDans Bienvenue au club, Jonathan Coe nous plonge avec un talent incomparable dans l'Angleterre des années 1970, celle de Birmingham en particulier : ses luttes sociales, son oscillation entre conservateurs et travaillistes, l'insidieuse et implacable montée en puissance du racisme, les attentats de l'IRA, mais aussi son incroyable renouveau musical, l'avènement du mouvement punk,... Il serait bon d'apprécier ce livre avec des écouteurs vissés sur les oreilles, une tasse de thé fumant à portée de la main. Les références littéraires ne manquent pas non plus (Joyce, Jane Austen, Fielding...). Bref : le décor est magistralement planté.

Mais là où Jonathan Coe excelle, c'est dans la manipulation habile et millimétrée des destins croisés de ses nombreux personnages : rien n'est laissé au hasard. L'auteur de Testament à l'anglaise crée une large gamme de personnages  avec qui nous faisons intimement connaissance tout au long du roman. Sa force réside en ce que chacun est doté d'une personnalité vraiment particulière, d'un passé, d'une histoire, d'une façon de penser, même d'un langage propre. Ces nuances les rendent éminemment humains, et on se laisse aller à les aimer ou à les détester, et à les comprendre au fil des pages.

Jonathan Coe devient schizophrène lorsqu'il fait varier ses narrateurs au fil des chapitres, adoptant un style qui devrait être celui du personnage qui a la parole. Il pousse le jeu jusqu'à nous proposer des extraits de la gazette du lycée (certains hilarants) ou de journaux intimes. On ne peut s'empêcher de soupçonner Coe d'être un prodigieux observateur  pour arriver à une telle virtuosité dans la création de caractères, et à une telle maîtrise dans l'esquisse de la vie quotidienne, dans laquelle il capte invariablement le tragique, le comique, le grave, le vrai.

Les nombreux récits enchevêtrés, dont l'auteur finit toujours par nous livrer les implications mutuelles, nous tiennent remarquablement en haleine, si l'on considère qu'ils ne concernent le plus souvent que des faits d'une banalité relative : la vie au lycée et les préoccupations classiques des adolescents, les amours interdites, les grèves, l'amitié,... Mais aussi des sujets plus graves, comme le bonheur et sa fin brutale, les violences policières, le racisme,...

C'est dès les premières pages que l'auteur nous donne envie de connaître l'histoire de Benjamin ; et dans les dernières pages, comme si nous venions de n'en tourner que quelques-unes, il suggère de lire Le Cercle fermé pour en connaître la suite... 

Il vous faudra peut-être faire un petit effort de concentration pour situer les nombreux protagonistes les uns par rapport aux autres, sur au moins deux générations : Benjamin est le frère de Lois, Philip est son ami, Doug est le fils du syndicaliste Bill Anderton, est-ce Doug ou Philip qui est amoureux de Claire, la soeur de Miriam ? Ce qui est sûr, c'est que Benjamin ne vit que pour Cicely, que tous les mauvais coups commis au lycée sont le fait de Harding, et que Lois et Malcolm forment le couple idéal... Pour le reste, dépêchez-vous d'engloutir ces 530 pages, ou prenez des notes.

Jonathan COE, Bienvenue au club, 2003.

Commenter cet article

Flo_boss 22/04/2010 10:11



Merci pour le compliment. Je te (vous) renvoie la pareille! J'aime beaucoup votre blog et j'adore la mise en situation de vos livres sur les photos. Très esthétique, et très original.




Christophe Pierre 23/04/2010 00:55



Merci beaucoup, Flo !



Flo_boss 20/04/2010 11:25



Je partage également ton opinion sur ce livre, très original, et délicieusement écrit. Coe arrive à mêler le tragi-comique avec une grande virtuosité. J'aime beaucoup ta chronique qui sonne très
juste sur l'auteur. Encore un auteur fétiche en commun



Christophe Pierre 21/04/2010 23:35



Merci !
C'est notamment parce que nous partageons les mêmes goûts que je référence ton très bon blog ici :)



Véro 28/01/2010 21:02


Chef, oui CHEF ! 
Rien contre les 70's mais rien pour non plus ... Je lirai les années 90, CHEF ! 


Pierre 28/01/2010 23:45


Rompez !


Véro 28/01/2010 20:23


Oh là ! Les années 70 et la musique Punk, c'est trop pour moi même si ce livre semble intéressant ...


Pierre 28/01/2010 20:31


Tu n'aimes pas les années 70, c'est ça ? Tu peux lire la suite alors, Le Cercle fermé, qui se déroule dans les années 1990... En tout cas, il FAUT lire Jonathan Coe !


Jennifer 28/01/2010 19:35


Tu donnes véritablement envie de découvrir ce livre!!!


Pierre 28/01/2010 20:31