Une faute de frappe ?

Publié le par Christophe Pierre

J.-P. Gattégno - J'ai tué Anémie LothombQue ses fans se rassurent : J’ai tué Anémie Lothomb n’est PAS l’assassinat en règle et sur papier du célèbre écrivain belge. Certes, cette dernière n’est pas épargnée lorsque Gattégno critique ce que l’on ose à peine nommer la « littérature » de masse, celle qui est dictée et décidée par les médias et que les « mauvais » lecteurs – car l’auteur catégorise les lecteurs en bons et mauvais – adorent.

J’ai tué Anémie Lothomb est pourtant un roman. Et s’il juge sévèrement Marc Lévy ou Houellebecq, n’allez pas croire qu’il est à placer au-dessus de la mêlée, d’un point de vue stylistique : des phrases concises et d’une structure simple, un vocabulaire mince et des chapitres courts soutiennent le rythme que l’intrigue ne vient pas ralentir. Il y a crime, cadavre, dissimulation, enquête, et pourtant vous n’êtes pas en train de lire un roman policier : ne vous attendez pas à être tenu en haleine de la première à la dernière page ; là n’est pas l’enjeu du livre. En revanche, il se pourrait que vous trouviez une définition de l’écrivain (qui risque de vous décevoir quelque peu).


Jean-Pierre GATTÉGNO, J’ai tué Anémie Lothomb, 2009.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Ca ma toujours scié de voir comment on catalogue les écrivains. Parce que celui-là vend beaucoup de livres  c'est un auteur commercial, parce que celle-la publie tous les ans elle écrit comme<br /> une chèvre ...<br /> Bref c'est idiot. Et je préfère encore lire Amélie nothomb que j'aime énormément que ce genre de pastiche.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Je crois qu'il faut y voir du second degré, voire même du troisième ou pourquoi pas du quatrième degré.<br /> Ce discours du "commercial"/"non commercial" tient le haut du pavé de longue date dans certains milieux. Déjà Alexandre Dumas père devait soutenir les rumeurs concernant ses "nègres", Paul Loup<br /> Sullitzer a acquis à son tour une certaine réputation et aujourd'hui des auteurs comme Nothomb ou Lévy font les frais du susdit discours.<br /> Maintenant il faut admettre qu'ils fassent non seulement partie d'une catégorie d'auteurs à très large public, mais aussi qu'ils le désirent. Dès lors il s'agit d'une littérature de masse sans que<br /> pour autant cela soit péjoratif.<br /> Au-delà de cette réflexion, je pense que l'auteur ici a simplement voulu s'amuser et puis, tant qu'à faire, vendre quelques exemplaires comme tout auteur désireux de manger et de payer ses<br /> factures.<br /> N'oublions pas qu'un certain nombre d'écrivains, dont Balzac et Simenon, écrivaient avant tout pour payer les dettes. La chose étant dite, ils n'en étaient pas moins d'excellents auteurs.<br /> <br /> <br />
D
<br /> Bonjour,<br /> J'aime beaucoup ce nouveau blog... je lui souhaite une longue vie et tout plein de jolies livraisons ....<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Cher lecteur,<br /> Merci pour ces encouragements et bienvenue sur le blog ! <br /> <br /> <br />