L'Etoile du Berger

Publié le par Christophe Pierre

GAIMAN - Stardust

En deux centaines de pages, Nei Gaiman parvient à nouer une intrigue à plusieurs niveaux et à créer un univers envoûtant. Bien qu'assez simple - concision oblige, on peut dire que le monde de Gaiman reste tout à fait convaincant dans l'atmosphère qu'il dégage. Le petit village de Wall, situé de notre côté de la réalité et entouré d'un mur infranchissable  est une construction que j'ai trouvée particulièrement réussie, avec ses petites maisons de pierre à flanc de colline, son auberge, son lot de paysans, jouvencelles et autres gentilshommes. Sans parler de la "Foire des Fées" ! Le monde féérique remplit quant à lui, crois-je savoir, les canons du genre : il est peuplé de gobelins, arbres animés, sorcières, licornes et seigneurs avides de pouvoir.

Si Neil Gaiman suit fidèlement un fil rouge - à savoir la quête de Tristan Thorn, chargé de trouver l'étoile filante tombée en Faërie -, il s'égare néanmoins très vite en y mêlant deux autres cordons, de sorte que la trame en ressorte certes avantageusement étoffée, mais aussi alourdie du fait de la brièveté de l'oeuvre. Les aventures de la reine des sorcières (première bifurcation) et celles des seigneurs de Stormhold (deuxième bifurcation) sont très bien menées et admirablement liées à l'intrigue principale. Tout le monde est à la recherche de l'étoile, et pour des raisons différentes... Mais les liens créés par Gaiman vont au-delà de cette quête, au-delà du présent : en refermant Stardust, on a le sentiment que la boucle est bouclée.


Si j'ai trouvé impressionnante la concision avec laquelle Gaiman crée un monde et nous conte les aventures de Tristan Thorn, je me demande s'il n'aurait pas gagné en lisibilité à étoffer son roman d'une centaine de pages, pour éviter l'impression que l'histoire part dans tous les sens. Même si on sent d'un bout à l'autre que l'auteur reste maître de son récit, qu'il sait où il nous emmène, on peut regretter qu'il n'ait pas voulu nous faire profiter de son talent plus longuement. Car c'est un véritable plaisir que de lire la plume de Gaiman, qui prend le ton d'un conteur un peu malicieux. De même, j'ai regretté de devoir quitter à tout jamais le village de Wall après une cinquantaine de pages, et même de ne plus retourner en Faërie une fois Stardust refermé.

Stardust renferme sa part de surprises, cadeau appréciable de la part de l'auteur. Même la fin reste jusqu'au bout un point d'interrogation grâce aux diverses options qu'offre le scénario du livre.

 

Neil GAIMAN, Stardust - Le mystère de l'étoile, 1999.

Publié dans Fantasy

Commenter cet article

Radicale 06/07/2010 19:19



Pas mal ! Bonne lecture surprise alors !



Radicale 06/07/2010 18:58



Ha chouette ! Tu enchaines sur quel titre alors ? Tu veux garder la surprise ?



Pierre 06/07/2010 19:04



Heu... à vrai dire j'ai oublié quel titre j'ai commandé c'est sûr, ça fera une surprise !



Véro. 04/07/2010 20:37



Oh ça va rejoindre ma lAL directement ça !



Pierre 06/07/2010 17:40



Héhé, bonne lecture alors ;)



domy 04/07/2010 13:11



Mmmmhh... deux cents pages bien tentantes!



Pierre 06/07/2010 17:27



J'ai oublié de te le prêter, hier :( Mais ta PAL est déjà bien épaisse, hinhinhin ^^



Ethernya 04/07/2010 12:10



J'avais beaucoup aimé ce roman lorsque je l'avais lu.
Et j'avais trouvé l'adaptation ciné assez fidèle.



Pierre 06/07/2010 17:26



Je n'ai pas vu le film, mais je vais essayer de me le procurer... Curieuse de voir ça.