Le loup dans la bergerie

Publié le par Christophe Pierre

Sonya HARTNETT - Finnigan et moiAnwell a vingt ans et il meurt. Il meurt d’une maladie dont nul ne connaît le nom ni même le traitement. Anwell meurt mais surtout il attend. Il attend les quelques visiteurs qui ont jalonné sa vie.

Une vie qui lui fut pénible à bien des égards. Des parents tyranniques qui l’empêchent de grandir, un frère handicapé qu’il tue accidentellement lorsqu’il n’a que huit ans, une fille qui refuse désespérément de l’aimer et une ville qui n’apprécie nullement sa famille de « zinzins ».

Un jeune garçon, Finnigan, le sortira pourtant de sa solitude. Sauvage, indomptable et crasseux, Finnigan suit l’existence d’un clochard.

Finnigan noue très vite un pacte avec Anwell : Finnigan fera le mal et Anwell fera le bien. Dans le cadre du serment Anwell sera Gabriel, du nom de l’Archange.

Mais la promesse à tenir les conduira sur des chemins ardus, des zones dangereuses et Gabriel finira par s’interroger sur la véritable nature du pacte. Finnigan est incontrôlable et sans scrupules et d’une amitié destinée à être solide il ne restera de celle-ci qu’une froide terreur d’Anwell pour Finnigan.

Ainsi Gabriel devra se résoudre à mener à terme ce qu’il finit par considérer comme l’unique solution.

Un livre extrêmement difficile à cerner. Inclassable, il l’est certainement. Il échappe à toutes les tentatives de catégorisation : ni un thriller, ni un polar, ni un drame psychologique, ni une étude de mœurs. Ce roman est tout à la fois.

Sonya Hartlett nous plonge dans l’insondable machinerie de l’esprit humain. Versés entre le Bien et le Mal, les protagonistes explorent les recoins les plus sombres de l’âme humaine. Sans trop savoir où ils vont, ils suivent ce qui apparaît comme un destin auquel ils ne peuvent échapper. Pourtant se pose en filigrane la douloureuse question de la responsabilité et l’auteur d’aborder une autre thématique : celle de la culpabilité.

Car ce livre est selon moi une extraordinaire parabole sur la faute, sur ce que cette sensation d’avoir pécher conduit à faire. Torturé par une tragédie, Anwell s’enferme peu à peu sur lui-même et traverse son existence entre amour et haine. Sans savoir vers quoi se tourner, il choisira la complicité d’un chien et d’un jeune vagabond. Pour le reste, il avoue lui-même ne pas savoir comment s’y prendre tant l’absence d’affection fut marquée.

L’alternance permet de saisir les réflexions des deux personnages principaux, chacun apportant un indice qui permet de reconstruire peu à peu la trame. Un style qui permet la montée en puissance du récit et d’atteindre un paroxysme au moment le plus inattendu. Car il faut bien l’avouer, ce livre est fait d’inattendu. Rien n’est présenté de manière évidente, chaque élément de l’intrigue affleure sans pour autant se montrer clair. Le lecteur doit tisser par lui-même chaque conclusion de ce qu’il lit, ce qui conduit à beaucoup de sensibilité, beaucoup de pudeur dans l’écrit.

Il ne faut toutefois pas se tromper, cette pudeur n’épargne rien. Bien au contraire elle brutalise le lecteur par tout ce qui est tu, dissimulé, laissé de côté et le force à se retirer dans ses derniers retranchements car il se trouve bel et bien devant l'une des énigmes les plus terribles de l’humanité : la morale.

Un livre dont il est difficile de partager les sensations car il est à craindre de révéler trop de choses. Les mécanismes du scénario sont bien trop précis pour risquer de trop en dire. Je vous invite à le lire,  et même s'il demande quelques efforts de concentration, il en vaut largement le détour.

Sonya HARTNETT, Finnigan et moi, 2009.

Ce livre a été lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions J'ai lu grâce à Livraddict que nous remercions !
LivraddictJ'AI LU

Commenter cet article

Véro 15/03/2010 17:39


Voilà quelques critiques plutôt positives que je lis sur ce roman malgré tout, il ne me tente pas. Heureusement que des fois, je parviens à laisser ma LAL intacte une journée ! 


17/03/2010 23:07


C'est vrai que vu le nombre de fois où je t'ai vue écrire "je note", cela ne te fera pas de tort de préserver au même niveau la pile de livres qui encombre un endroit ou un  autre chez
toi...
Je reste quand même sur ma position que c'est un sacré bon livre... mais j'en trouverai sûrement un autre qui t'intéressera, j'en suis persuadé.
Alors reste branchée sur canal Livraison, on diffuse assez souvent :D
A très bientôt.