Le Silence du Rossignol

Publié le par Christophe Pierre

Lian HEARN - Le Clan des Otori, ILe cycle du Clan des Otori nous emmène dans un univers imaginaire, situé dans un Japon médiéval où les terribles Tohan, les Seishuu et les Otori se partagent les trois territoires de l'Est, de l'Ouest et du Milieu.

Le tome I, le bien nommé Le Silence du Rossignol, est consacré principalement à la description de ce pays mythique : il nous permet de nous familiariser avec les différents clans, leur histoire, leurs chefs, les conflits qui les opposent, les rites qui les régissent, et aussi avec la mystérieuse Tribu. Nous faisons connaissance avec Takeo, un adolescent qui quitte brusquement l'enfance lorsque son village est attaqué par les Tohan. Adopté par sire Otori Shigeru, son destin s'en trouvera à jamais bouleversé. Lian Hearn nous invite à suivre son parcours initiatique, la quête de son identité : deviendra-t-il un seigneur comme l'y appellent ses sentiments et sa fidélité à celui qui lui a sauvé la vie, ou fera-t-il honneur à ses origines et à ses dons ? Dame Kaede est l'autre héroïne du roman : adolescente elle aussi, elle a vécu de nombreuses années otage des Noguchi avant d'être promise en mariage à Shigeru, victime de sa condition féminine et des manigances des puissants.

Alors que les villes fortifiées succèdent aux guerriers plus féroces les uns que les autres,  aucune bataille n'est relatée dans ce premier tome du Clan des Otori : elles ne sont que mentionnées. En revanche, Lian Hearn s'attarde - juste ce qu'il faut - sur les assassinats et autres corps à corps qui servent à esquisser qui sont les membres de la Tribu... S'il ne faut pas négliger l'aspect "aventure" de cette série, c'est loin d'être sa seule qualité : on s'attardera plus longuement aux pensées et aux sentiments des personnages.

C'est avec  plaisir que l'on suit l'évolution de nos jeunes protagonistes : Takeo cultive ses dons exceptionnels (une ouïe d'une finesse extrême, la capacité de se dédoubler ou de se rendre invisible, etc.) en même temps qu'il apprend le dessin, l'écriture et l'art de la dissimulation. Kaede, quant à elle, découvre le monde après sa longue captivité, en même temps que les moyens de se défendre contre les hommes qui sont attirés par sa grande beauté. C'est sans surprise que les deux jeunes gens tombent amoureux l'un de l'autre, mais sont inévitablement séparés. Vont-ils se retrouver ? Pour le savoir, il faut bien sûr lire les prochains tomes... et on ne se fera pas prier.

Le Clan des Otori est à classer dans la catégorie "jeunesse", mais le style de Lian Hearn le ferait oublier : pas de répétitions, un vocabulaire simple (pas simpliste) et adapté au genre, des chapitres d'une longueur honorable, un rythme soutenu, des descriptions courtes et pertinentes. C'est le fond du roman qui rappelle le public cible, même s'il faut reconnaître ici aussi que les événements s'enchaînent parfois de manière étonnante : là où l'on s'attend à les voir suivre un schéma prévisible, il n'en est rien et c'est une bonne surprise. Quoi qu'il en soit, Le Clan des Otori ne devrait pas déplaire aux adultes.  C'est que Lian Hearn semble avoir trouvé la bonne recette : elle mélange dans de justes proportions une double histoire d'amour, trahison, vengeance, violence, initiation et fantastique. Elle parvient en outre à  créer des personnages attachants et d'une profondeur suffisante pour combler nos attentes.

Lian HEARN, Le Clan des Otori, I, Le Silence du Rossignol, 2002.

Publié dans Jeunesse

Commenter cet article

ananas-fait-sa-salade 14/06/2011 17:41



Je vois que l'on a pas lu la même édition. Dans celle que j'ai lue, les chapitres sont longs, une vingtaine de pages. Et j'ai trouvé que les deux voix se répètaient.


Je viens de publier mon avis sur mon blog, passe le voir !!


Bonne continuation !!



Luna 22/05/2011 10:17



"Le silence du rossignol" est pour moi une très jolie découverte. Il y a tout pour plaire dans ce premier tome : de l'amour, de la magie, beaucoup de rebondissement... Je ne sais pas si tout le
monde trouve dans ce livre ce qu'il cherche dans une lecture, mais il doit s'en approcher fortement !
Sans oublier le fait de Lian Hearn écrit vraiment très bien : par moment on a presque l'impression de lire de la poésie. L'auteur aime les mots, a pris du plaisir à écrire et ça se voit !
C'est un livre que je conseille sans problème :)

Si ça t'intéresse je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...
Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



florel 10/05/2010 14:31



Mon frère me casse les pieds pour que je lise cette saga et si je l'ai pas encore lu c'est pas que je veux pas mais j'ai surtout peur que cela me plaise pas. Donc je sais toujours pas bien que tu
ais eu l'air d'apprécier ça. Je me demande un peu plus maintenant... lol


Salut.


Florel.



Pierre 11/05/2010 23:22



Salut Florel :p
Je ne connais pas bien tes goûts, mais il me semble que c'est une bonne série ; tu devrais te lancer ! Et puis, on dirait que c'est un truc de frères, ça : c'est le mien qui m'a offert mon
premier tome ! (qui était en fait le n° 5 >

flof13 17/01/2010 23:01


Véro, ça te ferait un auteur australien dans ton tour du monde ! et franchement, c'est une bonne série.


Véro. 14/01/2010 23:21


Vous êtes tagués sur mon blog  !


Christophe Pierre 17/01/2010 00:55


Merci Véro ! On ne t'oublie pas...