Originaux

Publié le par Christophe Pierre

Philip K. DICK - Confessions d'un barjoJack est un artiste à sa manière. Collectionneur émérite de bouts de ficelles, rédacteur de potins à titre privé ou théoricien de l'impossible, il est incapable de s'adapter à la vie en société.
Il lui est impossible de garder un travail ou de fonder une famille, ses seules activités tiennent du funambule qui tente l'équilibre entre réalité et imaginaire.
Sous l'impulsion de son beau-frère Charley, il est pris en charge par sa soeur Fay.
Hébergé par ce couple aisé dont la vie n'est pas si reposante qu'elle en a l'air, il va rapidement prendre en charge le ménage et l'éducation des enfants.
Mais entre Fay, femme tyrannique et manipulatrice, et Charley, mâle bourré d'argent mais éternellement castré, il est facile de se rendre compte que le barjo dont il est question n'est pas forcément celui auquel nous pensons.

Philip K. Dick nous gratifie d'un roman qui ne tient pas de la science-fiction. Publié en français en 1978, c'est le seul roman de ce type qui fut connu avant sa disparition en 1982.

Philip K. Dick manie le genre avec brio. Alliant un style simple à l'efficacité, il use d'un grand nombre de ficelles propres à la SF pour servir son histoire. Se dégage par ces techniques une atmosphère lourde, ambigue et un récit axé sur des tensions qui font avancer l'intrigue.

Le découpage est basé sur l'alternance des narrateurs. Tous les protagonistes participent à la narration, le lecteur participe pleinement au déroulement en observant chacun des personnages à travers les yeux des autres personnages. De cette manière les motivations et les ressentis de tous sont rendus accessibles et permettent un éclairage et une mise en relief variés.

L'absence de parti pris permet d'affirmer assez rapidement que pas un seul des protagonistes n'est normal et sain d'esprit. C'est une sensation étrange que de passer ces quelques heures dans une véritable maison de fous.

Le récit parallèle mis en place par l'auteur est relativement comique. Il est à mettre en relation avec les écrits majeurs de Philip K. Dick et permet de constater à quel point ce dernier est talentueux sans pour autant devoir porter des cols extensibles. Je n'en dirai pas plus, je laisse le soin à tout un chacun de le découvrir.

 

Philip K.DICK, Confessions d'un barjo, 1978.

Commenter cet article

Véro. 06/10/2010 10:28



Il a brusquement disparu du fond de la bibliothèque ... dommage, je l'avais mis dans mon challenge ABC et du coup, j'ai changé de titre ! Mais je n'ai pas dit mon dernier mot et je finirai bien
par le lire ...



Christophe Pierre 12/10/2010 01:35



Nous sommes avec toi de tout coeur. On rencarde les experts, ils retrouveront bien ton livre



domy 27/09/2010 11:12



"L'absence de parti pris permet d'affirmer assez rapidement que pas un seul des protagonistes n'est normal et sain d'esprit. C'est une sensation étrange que de passer ces quelques heures
dans une véritable maison de fous."


Grand débat que d'essayer de définir ce qui est normal....



Christophe Pierre 06/10/2010 21:52



Le débat ne doit pas être si long qu’il en a l’air : tout ce qui est considéré comme normal est ce qui entre ou ce qui semble entre dans un panel considéré comme la norme, soit ce qu’une majorité
de personnes considèrent comme un comportement adéquat ou socialement accepté dans une situation donnée.
Maintenant ce qui mérite débat c’est cette capacité qu’a la société de varier ses normes sans en avertir personne et sans veiller à consulter sa propre capacité à fonctionner.