Matthieu et Thomas

Publié le par Christophe Pierre

Jean-Louis FOURNIER, Où on va, papa ?

La première page de Où on va, papa ? , reproduite en quatrième de couverture de l'édition de poche, est une lettre adressée par le narrateur - sans doute Jean-Louis Fournier lui-même - à ses deux enfants, Matthieu et Thomas. Le décor est planté : les deux garçons sont gravement handicapés, incapables de lire, d'apprécier la musique classique, de vivre ailleurs que dans un institut pédo-psychiatrique. Le reste du petit livre est consacré au récit, sur un ton humoristiquement noir, du calvaire du narrateur ayant enfanté deux enfants pas comme les autres. Car pour lui, ces deux naissances furent une fin du monde - si ce genre d'expression vous choque, je tiens à vous déconseiller la lecture de Où on va, papa ? car vous serez confrontés à bien pire dans le registre de l'humour noir. Matthieu et Thomas, difformes, bavant, incapables de communiquer autrement qu'à l'aide de la lancinante question ou autres "vroum-vroum", rarement photographiés par un père qui les aurait vus major de promotion à Polytechnique ou architecte en stage à Sidney, ne sont que les personnages secondaires de ce roman qui fait du narrateur le héros malheureux de cette longue plainte. Car ces deux cents pages sont l'énumération corrosive de ce que ce père amputé d'une progéniture "normale" aurait pu faire avec ses enfants s'ils avaient été comme tous les autres, ou, variante, de  ce qu'il ne peut faire parce qu'ils sont tels qu'ils sont.

Que le fait que l'auteur, Jean-Louis Fournier, soit véritablement le père de deux enfants handicapés, lui donne donne sans doute le droit de traiter le sujet avec cet humour noir qui doit être sa façon de surmonter l'épreuve, nous ne le remettons pas en cause. En vérité, on ne peut même pas dire que nous ayons été choqués par cette façon d'aborder le récit, et, a contrario, que nous en ayons été touchés : disons plutôt qu'il nous a laissés dubitatifs.

 

Jean-Louis FOURNIER, Où on va, papa ?Là où notre lecture et notre ressenti se sont trouvés modifiés, c'est lorsque nous avons pris connaissance de la position de la mère des enfants, Agnès Brunet, qui met les points sur les i avec sérénité et franchise sur son site web. Alors que, en abordant Où on va, papa ?, suite à la lecture des premières pages (la lettre aux enfants) et à la forme générale du petit livre ainsi qu'au ton employé, il nous paraissait évident avoir entre les mains un récit autobiographique - même s'il n'en est fait aucune mention -, Agnès Brunet nous a permis de comprendre qu'il n'en était rien mais que son ex-mari avait manifestement entretenu cette ambiguité. Pour ce faire, il a repris les véritables prénoms de ses enfants, qui sont effectivement handicapés. Mais, aux dires de leur maman, ils sont loin d'être les monstres décrits dans le roman de Jean-Louis Fournier : ils ne sont ni sourds ni aveugles, capables de communiquer, ils ont chacun une personnlité propre, et ils n'ont pas été la honte de leurs parents. Par ailleurs, même si leur maman ne fait presque pas partie du roman Où on va, papa ?, elle n'a jamais cessé de s'occuper de ses deux enfants.

La seule question qui nous vient à l'esprit est celle-ci : en tant que père d'enfants handicapés, comment (et pourquoi) peut-on, même au nom d'une oeuvre littéraire, se servir de ceux-ci et dresser d'eux un tel portrait ?

 

Jean-Louis FOURNIER, Où on va, papa ?, 2009.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Matilda 23/05/2010 18:06



Voilà lu. Et comme vous, je suis dubitative. La lecture du site de la maman des enfants "réels" aide beaucoup à comprendr ele livre et à se faire une idée sur le livre. On comprend que l'auteur a
fait une "autofiction" et que même si ce ne sont pas exactement ses enfants qui sont décrits, il se sert de ce livre comme un moyen de "décompresser". J'ai écrit une tartine sur mon blog,
maintenant je suis fatiguée :p


Bref merci pour cet envoi et le petit concours est commencé ^^



Christophe Pierre 23/05/2010 21:49



Je suis passée sur ton blog, je laisserai un commentaire sur ton intéressant pavé plus tard :) Tu as fait du bon boulot, dis donc !
Ca nous a fait vraiment plaisir de t'envoyer ce petit livre



Matilda 10/05/2010 11:54



Ce livre me tente pas mal, mais je ne l'achéteraispas, faute à un manque de sous et à 326 livres non lus dans ma bibli.


C'est bien de savoir que l'auteur a "inventé" en partie ses réactions et forcé le traits de caractère de ses enfants, je ne sais pas trop que penser de cela mais une fois que ce sera lu je
pourrais revenir en discuter ^^



Véro. 06/05/2010 21:41



D'autres critiques ne m'avaient pas convaincues, la démarche ne me plaisant pas à la base. Mais après être allée sur le site d'Agnès Brunet, je ne lirai pas cet ouvrage.



Christophe Pierre 08/05/2010 10:29



C'est vrai qu'il y a quelque chose de décourageant (pour ne pas dire autre chose...) quand on prend conscience de la démarche de l'auteur (?!!?).



lasardine (la ronde des post-it) 06/05/2010 10:27



c'est un livre que j'ai découvert dès sa sortie après avoir entendu une interview de l'auteur à la radio...


j'avais vraiment beaucoup aimé, et je suis contente de l'avoir lu à ce moment, avant tout le battage autour, avant l'avis de la maman... je l'ai pris comme il était, et j'ai aimé!


depuis, j'ai poussé la réflexion, et c'est sûr que... mais voilà, je veux garder le souvenir de ma première lecture et ne pas en faire plus!


 


je comprends tout de même très bien ceux qui n'aiment pas, qui sont dérangés et même qui ne veulent pas le lire!



Christophe Pierre 08/05/2010 10:15



Nous aussi, nous avons lu le livre entièrement avant de découvrir un peu par hasard le site de la maman... et j'ai été stupéfaite de voir comme mon opinion changeait du tout au tout ! Notre
article aurait été bien différent si nous n'étions pas passés par le site d'Agnès Brunet, mais puisque la vérité est ce qu'elle est... il fallait bien la voir... Dommage. (mais c'est heureux pour
les enfants, note)



sentinelle 06/05/2010 08:24



Votre billet contraste avec d'autres plus élogieux que j'ai pu lire sur différents blogs. Mais il ne m'a jamais attiré, ayant du mal à adhérer au procédé et ce que vous en dites me conforte dans
mon opinion.



Christophe Pierre 08/05/2010 10:18



Comme je le dis à Lasardine, notre billet aurait été tout différent (un peu plus élogieux) si nous n'avions pas parcouru attentivement le site d'Agnès Brunet, la maman des enfants... Notre
ressenti, bien après avoir refermé le livre, en a vraiment pris un coup. En tout cas, ce n'est pas nous qui te pousserons à lire ce bouquin contre vents et marées...